Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
MENU

Vakia Stavrou

Pierre Albouy & Violaine Goue
Chypre

CHANSONS MEDITERRANEENES

Alasia

À l’île de Chypre, la culture grecque a donné un de ses noms les plus beaux, Alasia. Les étymologistes lisent dans ce nom un lien avec la mer – celui d’une île dans, de et par la mer, d’une terre que le poète dit "embrassée par la mer".

 Peu de notes, peu de gestes, peu d’instruments. Et tout survient de cette sage économie : la mélancolie et le soleil, la contemplation et la tempête du sentiment, le cœur à nu et le vertige de l’âme.

Dans cet album, Vakia Stavrou situe son « Alasia » au cœur du monde, au centre d’une Méditerranée des cœurs et des intelligences. Ce n’est pas tout dire que de parler de sa voix pure, de son inspiration radieuse, des sortilèges d’une sensibilité s’exprimant en plusieurs langues… 

De la même manière, Vakia Stavrou chante en portugais accompagnée d’une seule guitare et l’on songe au cristal de Bill Evans seul à son piano ; elle délivre un folk en grec et l’on croirait à une bossa existentielle que Tom Jobim n’aurait su écrire… 

 Les chansons de Vakia Stavrou ont des couleurs de confidences. Dans Xehases, c’est la tragédie amoureuse : « Tu as oublié toutes ces nuits, tu as oublié et tu m’as jetée dans le noir, si loin que je ne pourrai jamais revoir la lumière ». Dans Mais um beijo, c’est la promesse de la félicité : « Un baiser de plus, je t’en prie ; pour cette nuit d’amour, je veux des fleurs, je veux des couleurs, plus de poèmes, plus de chansons ». Dans Black bossa, l’amoureuse jubile : « Tu t’emboites au coin de mon œil, tu t’emboites entre deux baisers et dans le geste que j’ai perdu il y a longtemps, tu t’emboites même plus profond, et il est vraiment trop tard pour effacer tous les mots que tu as gravés sur mon corps ».

La parole de Vakia Stavrou a troublé le romancier portugais José Luis Peixoto, qui lui donne O meu peito diz et Dia sem mim, seules chansons de l’album Alasia qu’elle n’ait pas écrites. Mais elles appartiennent à la même famille que les siennes – des chansons aux couleurs franches, aux lignes pures, aux sentiments vifs.

Bertrand Dicale 

Distribution :

Vakia Stavrou : chant, guitare, composition
Bernardo Carlos :
guitare, arrangements
Guillaume Robert : contrebasse
Inor Sotolongo : percussions
Octavio Angarita : violoncelle

La presse en parle
  • Vakia Stavrou

    " Une voix claire et mélodieuse venue de Chypre, qui navigue, n'embarquant que sa guitare ... chantre d'une chanson méditerranéenne luso-hispanique, parfumée d'effluves brésiliens et argentins. " Anne Berthod

    Telerama
  • Vakia Stavrou : Les Turpitudes et les Bonheurs de la Vie

    " Vakia Stavrou n’a aucune difficulté à porter l’auditeur avec magie dans le flot ambré de sa voix et écrit «des chansons qui touchent le coeur». "

    BSC News
Discographie sélective
Prochaines dates
  • 13 Mai.
    20h00 Festival Mawazine - Rabat (MA)
  • 11 Juin.
    0h00 Klangvokal Music Festival - Dortmund (DE)
Me tenir au courant des prochaines dates de concert