Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
MENU

L-Had "Kalya Wema"

Ali Javan
Mayotte / Iran / France

« Reconquérir le passé pour mieux appréhender le jour qui vient »

La création « KALYA WEMA » qui signifie en mahorais : “protégeons ce que nous avons de meilleur”, a pour base l’Utende, art oratoire traditionnel mahorais qui a pour but de construire un pont entre les cultures, afin de partager nos richesses, nos visions, nos peurs pour mieux nous connaître les uns les autres.
L’Utende se pratiquait souvent lors des fêtes dans les villages, mais a totalement disparu. Cet art ancestral est mort au profit de l’électricité et de la télévision… Ainsi les images ont remplacé les mots, le salon a remplacé les veillées et les écrans la discussion, la rencontre.
Ainsi ces hommes et ces femmes danseurs de mots, chanteurs de vie, journaux du quotidien, colporteurs de nouvelles, ce sont tus. Les rues se sont vidées. HEUREUSEMENT RIEN N’EST IMMUABLE.
Aujourd’hui il ne reste que cette petite expression : « Arrête ton Utende », qui a pour sens : « arrête ton langage, arrête tes bobards ».
L’art de l’Utende est essentiel, car il peut se permettre de nommer les blessures des Hommes, même durant les rassemblements festifs. Le ton donné, le grain de la voix, nourri par le souffle de chants lyriques soufis, des phrasés mélodieux utilisés en shimaore ou en kiswahili, toujours avec une pointe d’ironie et de distanciation interviennent pour soulager le cœur des Hommes.
Dans une démarche de rencontre transculturelle, le percussionniste et chanteur iranien Habib Meftah et le saxophoniste français, Michaël Havard ont rejoint L-Had et Bébé afin de faire renaître ensemble un Utende ouvert sur le monde.