Aller au contenu
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies notamment pour réaliser des statistiques de visites afin d’optimiser la fonctionnalité du site.
MENU

María Berasarte

© Hakim Nonvide
Espagne

FADO

María Berasarte nous rappelle que le chant est d’abord un désir et qu’aucune identité n’est jamais close. Espagnole, elle a ouvert une voie inédite en chantant le fado dans sa langue maternelle. Adoubée par l’immense chanteur de fado Carlos do Carmo, elle conquiert le respect des puristes portugais autant que l’écoute des amoureux d’une musique forte et libre, partout dans la péninsule ibérique.

À l’écoute de son nouvel album "Aguaenlaboca", la surprise est immédiate, tant est ancrée chez chacun la mémoire sonore de la rocailleuse langue portugaise dans le fado, tant on avait ignoré que ses mélodies pouvaient être si suaves, tant on « flamencise » mentalement l’espagnol... María a quelque chose de la faconde dramatique des grandes fadistas, mais également la rigueur marmoréenne de l’expression des sentiments chez les divas espagnoles. En elle se croisent des traditions, des tempéraments, des couleurs – la houle du fado, la noble limpidité de la voix lyrique…

"Aguaenlaboca" est un album à la fois révolutionnaire et familier, simple et fou d’audace. « Nos émotions n’ont pas de frontières », dit María Berasarte. Elle sait pourtant que sa démarche est beaucoup plus surprenante que celle d’un Français chantant le rock’n’roll américain ou d’un Italien jouant du tango argentin. Sur ce disque, María et ses musiciens proposent des pièces poétiques, intimes, et résolument ibériques. La guitare flamenca de José Luis Montón a joint la guitare classique du Portugais José Peixoto (ex-Madredeus) à la direction musicale, et, aux côtés de fados réarrangés (sur des textes de Tiago Torres da Silva, poète portugais hispanophone et ami d’Amalia Rodrigues), figurent le grand classique hispanique "Piensa en mí" ou encore le traditionnel basque "Txoria txori".

Comme l'affirme María : « Géographiquement, l’Espagne caresse le Portugal mais, pendant de nombreuses années, nous nous sommes tournés le dos. Je suppose qu’étant fille d’une Galicienne, je me suis reconnue dans la mélancolie atlantique qu’incarne le fado. Il y a beaucoup de fado en moi mais je ne suis pas entièrement fado. Et c’est cette nuance que je montre dans ce disque. »

Bertrand Dicale

Distribution :

Maria Berasarte : voix
José Peixoto : guitare
Carlos Bica : contrebasse
Filipe Raposo : accordéon
Guillermo McGill : batterie et percussions
Jose Luis Monton : guitare flamenco
Fernando Judice : basse acoustique
Jose Salgueiro : percussions
Gorka Hermosa : accordéon
Pedro Santos : accordéon
Filipe Dias : clarinette

www.mariaberasarte.com

Discographie sélective
  • /uploads/catalogue/762fafe04c4b7a3cdcebfd3d1de76a14.jpg